20.05.2021 |
Opinion

Fusion du Grand Fribourg

Faire de ce bassin de population – réunie déjà par de multiples intérêts – une cité solidaire, écologique et innovante, voilà ce qui est proposé dans ce projet de fusion du Grand-Fribourg. Ne reste alors qu’à dépasser les deux craintes majeures formulées par les opposants : le taux d’impôt et la perte d’identité. Et peut-être d’y ajouter le problème des langues.

Défendre le bien commun plutôt que l’intérêt privé, c’est ce qu’a exprimé récemment notre ministre  Didier Castella devant les conseillers généraux des communes du Grand-Fribourg. Et on ne peut que lui donner raison. Sur le plan de l’imposition, seuls les contribuables de deux communes, d’après les données actuelles, pouraient perdre quelques avantages. Mais il y a bien d’autres domaines avec lesquels il faut compter (économie, gestion des eaux, mobilité, culture…) pour évaluer réellement le gain que les communes vont réaliser en se regroupant.

Créer un centre cantonal fort, par un système de synergies, ne peut que donner une impulsion forte à ce canton aux capacités économiques moyennes – pour ne pas dire faibles - et avec une population parmi les plus jeunes de Suisse.  Des jeunes qui ne demanderont qu’à trouver un travail sur place, alors  qu’à l’heure actuelle, il y a déjà beaucoup de pendulaires, ce qui a fait dire à Christian Levrat (un des conseillers les plus respectés et écoutés à Berne) qu’il faudra dans un proche avenir veiller à ce que le canton de Fribourg ne devienne pas une zone de repos et de loisirs.

Oui, tous les signaux  sont au vert pour réaliser cette fusion, hormis peut-être celui des langues. Caillou dans la chaussure que le canton traîne depuis longtemps, à défaut d’une loi qui pourrait en clarifier le processus . Faire valoir la pratique du bilinguisme pragmatique ne semble hélas pas suffisant. Il faudra faire preuve d’innovation pour respecter les identités. Mais ne perdons pas à l’esprit que se projeter dans le futur passe forcément par l’innovation.

 

Illustration:

Falaises de la Sarine avec Lorette, peinture acrylique de François Bouverat

François Bouverat

Conseiller général, Avry-sur-Matran