17.12.2019 |
Article factuel

La tournée des crèches

De toutes les traditions de Noël, celle des crèches est peut-être la plus fascinante. Élevés dans une religion friande d'images, les Fribourgeois ne se privent pas d'installer une crèche sous le sapin familial, ni d'aller voir celle de l'église voisine.

Dans plus d'un village, on se rend dans telle ou telle maison pour admirer celle, particulièrement fournie, qu'un particulier met en scène; à Givisiez, les passants font halte devant une crèche immense étalée dans le jardinet, en façade. En ville, c'était une coutume répandue que de faire en famille la tournée des crèches, d'une paroisse à l'autre. Férus d'arts et traditions populaires, le musée de Tavel ou le château de Gruyères ont fréquemment exposé, le temps venu, des crèches anciennes ou exotiques.

Le Musée Bible+Orient de Fribourg, une fondation liée à l'université, vient d'ouvrir sous le titre «Marches à suivre» une exposition consacrée aux processions et pèlerinages de l'Antiquité. Une de ses pièces les plus émouvantes met en scène les rois mages, tenant leurs chameaux par la bride; ils apportent des cadeaux à l'enfant Jésus, assis dans les bras de sa mère et signalé par une étoile. C'est un bas-relief qui ornait un sarcophage romain du IVe siècle. Il est proche du récit de l'évangéliste Matthieu, lequel – contrairement à Luc – ne parle ni d'anges, ni de bergers, ni de mangeoire ou de crèche. Mais ni Luc ni Matthieu ne citent l'âne et le bœuf, qui viendront plus tard, au gré des récits apocryphes, des interprétations et des ajouts légendaires.

anne-3.jpg

Le Musée d'art et d'histoire n'installe pas de crèche, mais expose en permanence quelques-unes des plus belles représentations de la Nativité produites par les ateliers de sculpture actifs à Fribourg au sortir du Moyen Âge. Le kit est alors en place, bien complet, avec tous les personnages humains et animaux, mais en deux variantes scénographiques. La crèche proprement dite, c'est-à-dire la mangeoire citée dans l'évangile de Luc, peut être installée dans une grotte ou dans une étable, car les deux traditions coexistent. Souvent, pour signaler la majesté de Jésus (issu de la maison du roi David) comme pour suggérer l'ancienneté de l'événement, qui se déroule au temps de l'empereur Auguste, l'artiste ajoute un élément d'architecture, colonne ou arc d'une voûte, évoquant la ruine d'un palais romain. 

test.png

La basilique Notre-Dame, qui est la plus ancienne église de Fribourg, possède un must: une fabuleuse crèche napolitaine, installée en permanence derrière une vitrine. On mettait naguère une pièce de vingt centimes pour faire jouer l’éclairage; le principe n'a pas changé, mais le montant est aujourd'hui d'un franc. Pour ce prix, le visiteur peut voir jusqu'à quel point les artisans italiens de l'époque rococo ont développé le modèle. Ici, le décor a certes été refait à neuf, il y a une vingtaine d'années, parallèlement à la restauration des figurines. Mais il reproduit bien les canons du genre: vertigineux rochers, nobles ruines, maisons aux alentours. Et les 75 figurines représentent la population d'un village pastoral comme on aimait se les représenter au XVIIIe siècle, couru de chiens de berger et de bourricots, survolé par une escadrille d'anges. ​

anne-2.jpg

Pour retrouver les émotions de l'enfance tout en voyant évoluer les représentations du premier Noël de l'humanité, la Société d'histoire propose une petite tournée des crèches samedi 21 décembre, de 14h à 16h30. Rendez-vous à 14 heures au Musée Bible+Orient, à l'université de Miséricorde, derrière la chapelle. L'itinéraire conduira à la cathédrale Saint-Nicolas, en passant par le MAHF et Notre-Dame. Commentée en français par Jean Steinauer, en allemand par Hubertus von Gemmingen, la promenade durera jusqu'à 16h30. Un voyage dans le temps, à la poursuite de l'étoile bien sûr.
 

Légende:

  • Iconographie 1: Bas-relief d’un sarcophage romain, IVe siècle, représentant l’adoration des mages, Musée Bible+ Orient.
  • Iconographie 2: Retable de Claude d’Estavayer et de Maurice de Blonay, 1527, Atelier de Hans Geiler, Collection MAHF​​
  • Iconographie 3: Crèche napolitaine de l’église Notre-Dame de Fribourg, XVIIIe siècle.

 


 

Personen aus der Zivilgesellschaft haben sich freiwillig gemeldet, um ihre Geschichten zu erzählen oder über Menschen und Besonderheiten zu berichten, die typisch für ihre Gemeinden sind. In ihren Beiträgen werden sie der Identität von Grossfreiburg auf den Grund gehen. Unter anderem werden sie sich auch mit verschiedenen Themen befassen, die im Zusammenhang mit der Gemeindefusion stehen.

Möchten Sie selber Teil des Blog-Teams werden? Nehmen Sie mit uns Kontakt auf: info@grossfreiburg.ch.

 

Anne Philipona

Präsidentin der Gesellschaft für Geschichte des Kantons Freiburg