Fiscalité et économie

Une fiscalité attractive qui finance les prestations
Point Fort Grand Fribourg

La fusion du Grand Fribourg est un projet réalisable et réaliste sous l’angle financier.

Avec un coefficient d’impôt contenu dans une fourchette de 70 à 73% de l’impôt cantonal de base, la fusion permettra non seulement de réaliser les investissements prévus par les communes, mais aussi de mettre en place le projet de société proposé par l’Assemblée constitutive.

La commune fusionnée bénéficiera d’une solide santé financière, avec un total des recettes de 390 millions de francs, une marge d’autofinancement de près de 50 millions de francs et une capacité d’investissement comprise entre 350 et 400 millions de francs.

Le poids de la dette et l’effacement de la dette, qui sont de bons indicateurs de la viabilité financière de la future commune fusionnée, sont également très bons.

 

Avec un produit intérieur brut (PIB) de près de 9 milliards de francs, la Sarine est le cœur économique du canton de Fribourg. En son centre, le Grand Fribourg concentre une grande majorité des emplois, des activités économiques, culturelles et sportives, des filières de formation et des services de l’Etat. Fondé sur l’histoire du canton de Fribourg et de sa capitale, le succès économique du Grand Fribourg a été forgé par les projets de différents visionnaires, comme le raccordement aux chemins de fer en 1860 ou la fondation de l’Université de Fribourg en 1889. Entamée dans le Grand Fribourg, l’industrialisation du canton a connu une forte accélération dans les années 1960, grâce notamment au Consortium de la nouvelle zone industrielle du Grand Fribourg (CIG), qui a permis de viabiliser pour l’économie près d’un million de mètres carrés – qui sont tous, à ce jour, occupés par des entreprises.

La fusion du Grand Fribourg s’inscrit dans le prolongement de ce développement et propose des réponses concrètes aux nouveaux défis posés par l’avenir. La ville du futur devra rester attractive dans le contexte de la numérisation de l’économie et de la société, du vieillissement de la population et de l’enjeu environnemental. Concrètement, la fusion offre:
 

  • un taux d’impôt attractif, compris entre 70 et 73 % de l'impôt cantonal de base sur l’ensemble du territoire communal;
     
  • une forte capacité d’investissement, pour réaliser les infrastructures d’avenir;
     
  • la possibilité de viabiliser enfin des terrains stratégiques pour l’économie et les emplois;
     
  • la possibilité de désengorger le trafic dans le Grand Fribourg, grâce à un effort conjoint de la commune fusionnée et de l’Etat de Fribourg;
     
  • la possibilité de mieux maîtriser l’aménagement du territoire et de mieux répondre aux besoins de l’économie, tout en assurant à la population un haut niveau de qualité de vie;
     
  • le développement de l’offre de formation, notamment l’apprentissage de la langue partenaire dès l’école primaire.

 

La fusion assure une stabilité financière sur le long terme au Grand Fribourg. Elle diminue en particulier la dépendance des communes, prises individuellement, aux rentrées financières de quelques sociétés. Pour en prendre la mesure, il suffit de considérer l’exemple de la réforme fiscale des entreprises. Entrée en vigueur en janvier 2020, elle a un impact négatif sur les finances de certaines communes du Grand Fribourg, mais un impact positif sur la nouvelle commune prise dans son ensemble.