Ce que la commune de Fribourg apporte au Grand Fribourg

Point Fort Grand Fribourg

Une ville où deux régions linguistiques se rencontrent. En sa qualité de point charnière entre la Suisse romande et la Suisse alémanique, Fribourg offre une ouverture sur les deux cultures.

La basse-ville, un important patrimoine culturel. Les rues médiévales et les près de 200 maisons aux façades gothiques des quartiers du Bourg, de l’Auge et de la Neuveville en font l’un des plus grands ensembles médiévaux d’Europe.

Une vie culturelle dynamique. Fribourg est reconnue pour son offre culturelle vaste. En témoignent les institutions que sont devenues le FIFF (Festival international du film de Fribourg), les RFI (Rencontres folkloriques internationales), le Belluard Bollwerk International, le Festival international de musiques sacrées ou la fameuse fête de la St-Nicolas.

800px-city_of_fribourg-coat_of_arms.svg.png

La ville de Fribourg, qui compte actuellement 37'937 habitantes et habitants, s’étend des deux côtés de la Sarine sur une superficie de 9,3 km2. Elle a été fondée sur un méandre surplombant la rivière. La ville est donc caractérisée par un relief très accidenté, et de part et d’autre de la Sarine des ponts ont été construits du Moyen âge jusqu’à nos jours. De bas en haut, Fribourg s’implante sur quatre étages : il y a d’abord les quartiers de l’Auge et de la Neuveville appelés Basse-ville, le quartier du Bourg au sommet des falaises, les quartiers des Places, de Pérolles, du Jura et de Bourguillon et les quartiers du Schönberg et de Beauregard.

 

Fribourg est l'une des neuf communes du périmètre de la fusion du Grand Fribourg. Découvrez le journal de la fusion dans son édition spéciale pour Fribourg, avec un édito du syndic Thierry Steiert et une interview de la vice-syndique Antoinette de Weck.

Première édition

Deuxième édition

Que signifie la fusion pour Fribourg? Les questions les plus fréquentes

Aujourd’hui, les abords de la ville de Fribourg sont chargés de trafic. La fusion va-t-elle apporter des solutions dans le domaine de la mobilité ?

Oui. Le projet de fusion prévoit un fort développement dans le domaine de la mobilité. Un investissement de plus de 300 millions de francs est prévu pour doter le Grand Fribourg d’une infrastructure de transports (transports publics et mobilité douce) comparable aux grandes villes suisses. L’objectif est à terme de relier n’importe quel point du réseau du Grand Fribourg en moins de 15 minutes : du Schoenberg à Avry ou de Belfaux à Marly. Les tarifs seront revus : le projet de fusion permet de modifier le mode de financement du trafic et de prendre en charge les abonnements des jeunes en formation et des seniors, sans coût supplémentaire pour la commune. Le projet prévoit aussi une baisse générale des tarifs et la création d’une seule zone tarifaire pour le Grand Fribourg (actuellement il y en a deux, ce qui prétérite une partie des habitants).

En cas de fusion, le taux d’impôt va-t-il baisser ?

Oui. Le taux d’impôt de la commune fusionnée oscillera entre 70 et 73 % de l'impôt cantonal de base, tant pour les personnes physiques que pour les personnes morales. Actuellement, le taux se situe à 80 % pour la commune de Fribourg.

Cette fourchette a été calculée sur la base d’une vaste analyse économique et financière de chaque commune, menée dès l’automne 2018. L’analyse tient compte de la réforme de l’imposition des entreprises, adoptée en mai 2019 au niveau fédéral et en juin 2019 au niveau cantonal, ainsi que des planifications financières des communes du périmètre. Elle doit être actualisée au printemps 2021, notamment pour tenir compte de l’impact de l’épidémie de Covid-19 sur les finances communales.

Si les impôts sont moins élevés, les prestations vont-elles également baisser en comparaison de celles qui existent aujourd’hui à Fribourg ?

Non. La mise en commun des ressources des neuf communes permettra à l’entité fusionnée de disposer d’une santé financière robuste. L’analyse faite par l’Assemblée constitutive montre que la nouvelle commune disposera d’un total de recettes de 390 millions de francs, une marge d’autofinancement de près de 50 millions de francs et une capacité d’investissement comprise entre 350 et 400 millions de francs. Cette bonne santé financière donnera à la future commune les moyens d’assurer la pérennité des services sur tout le territoire communal, et d’assurer des améliorations, notamment dans les transports publics, la vie sociale et les services à la population.

La culture et le sport vont-ils recevoir moins d’argent ?

Non. Dans son analyse financière et dans ses prévisions budgétaires, l’Assemblée constitutive a maintenu intégralement l’ensemble des subventions actuellement octroyées par les communes du Grand Fribourg, par Coriolis et par l’Agglomération aux associations locales, sportives et culturelles.

En termes d’environnement et de qualité de vie, que propose la fusion ?

L’Assemblée constitutive proposer de miser sur les énergies renouvelables et de viser le label Cité de l’énergie du niveau le plus élevé. Elle recommande la mise en place de concepts uniques et harmonisés pour la gestion de l’énergie et des fluides, pour le ramassage des déchets et contre le littering. Au niveau de l’entretien, l’Assemblée constitutive propose, par exemple, de diminuer le recours aux herbicides et à l’épandage de sel en hiver. Les domaines de l’entretien et de la technique recèlent ensemble un potentiel intéressant d’harmonisation et d'amélioration des prestations à la population.

La commune de Fribourg peut-elle sortir du périmètre ?

Oui. Une commune peut se retirer du projet et sortir du périmètre provisoire, comme une autre commune pourrait intégrer le projet et le périmètre provisoire. Ce périmètre peut être modifié par l’Assemblée constitutive du Grand Fribourg à la majorité des deux tiers. L’Assemblée constitutive se basera sur la détermination de la population de chaque commune lors du vote populaire consultatif prévu le 26 septembre 2021, ainsi que sur l’avis des autorités (conseil communal, conseil général) pour décider de la suite à donner. Une fois le périmètre adapté, en principe avant la fin 2021, l’Assemblée constitutive finalisera son projet, et les communes qui seront sorties du périmètre ne participeront pas à la fusion et ne seront plus prises en compte dans les dispositifs financiers cantonaux d’aide à la fusion.