Générations

Un projet pour toutes les générations
Point Fort Grand Fribourg

Les écoles, les accueils extrascolaires et les crèches auraient été maintenus lors de la fusion, au plus près des besoins des familles. La création de classes bilingues était proposée.

La mise en place d’une véritable politique de l’enfance et de la jeunesse aurait permis de mieux impliquer les enfants et les jeunes dans la vie publique et de soutenir des projets favorisant leur épanouissement.

La fusion présentait des avantages pour toutes les générations, avec la création de maisons de quartier favorisant le vivre ensemble et d’un service administratif à domicile.

L’Assemblée constitutive proposait une adaptation du financement du trafic urbain, permettant à la nouvelle commune de prendre en charge les abonnements des jeunes en formation et des seniors, tout en garantissant une neutralité des coûts pour l’Etat et pour la commune.

 

L’Assemblée constitutive a prévu plusieurs mesures pour les jeunes générations.

Du côté de la formation, toutes les écoles actuellement en place seraient restées ouvertes, au plus près des besoins des familles. Il en aurait été de même pour les accueils extrascolaires et les crèches.

L’Assemblée constitutive prévoyait, à terme, la création de classes bilingues. Aujourd’hui déjà, la Ville de Fribourg offre des classes en français et des classes en allemand. L’Assemblée constitutive proposait d’aller plus loin et de mettre aussi en place des classes bilingues. Ce projet est développé en étroite collaboration avec la Direction de l’instruction publique, de la culture et du sport (DICS). Pour les élèves, il n’y aurait eu aucune obligation de suivre sa scolarité dans une classe bilingue. La commune aurait assuré le libre-choix, mais elle aurait pu fixer des conditions pour accéder aux diverses filières: par exemple, la langue maternelle des parents de l’élève.

En outre, l’Assemblée constitutive proposait de créer une véritable politique de l’enfance et de la jeunesse, ce qui fait actuellement défaut dans le Grand Fribourg : le but était de mieux impliquer les enfants et les jeunes dans la vie publique et de soutenir des projets favorisant leur épanouissement.

 

Des avantages pour toutes les générations

Toutes les générations auraient pu tirer de nombreux avantages de la fusion.

L’Assemblée constitutive proposait de créer des maisons de quartier qui auraient été des lieux de rencontre et d’information pour toutes les générations. Différentes activités auraient pu être mises en place pour favoriser le vivre ensemble. Des accueils extrascolaires, des cantines ou des restaurants auraient pu y prendre place de manière à ce que les enfants, jeunes, aînés et personnes seules puissent prendre ensemble leur repas dans un esprit communautaire. Ces maisons auraient été à disposition de la population, des associations de quartier ou locales, des sociétés locales, des groupements et des amicales.

Dans son projet de fusion, l’Assemblée constitutive proposait une adaptation du financement du trafic urbain, permettant à la nouvelle commune de prendre en charge les abonnements des jeunes en formation et des seniors, tout en garantissant une neutralité des coûts pour l’Etat et pour la commune. La réduction générale du prix du ticket était également visée, dans le cadre de l’exploitation du réseau.

En outre, l’Assemblée constitutive proposait de mettre en place un service à domicile pour les personnes qui ne peuvent pas se déplacer à l’administration communale ou ne sont pas à l’aise avec les outils numériques.