News
16.09.2021 |
Vrai-faux

VRAI/FAUX: les finances

Dans un article publié aujourd’hui dans La Liberté, Christian Vorlet, président du groupe de travail Finances au sein de l’Assemblée constitutive du Grand Fribourg, et Gérald Mutrux, chef du Service des communes de l’Etat de Fribourg, corrigent quatre arguments erronés avancés par les opposants concernant les finances de la commune fusionnée.

Le taux fiscal projeté 

finances_1.jpg

Les opposants estiment que le taux d’impôt se situera à 76%, et non entre 72 et 75% comme planifié par l’Assemblée constitutive. «La méthode raccourcie employée par les opposants pondère le taux actuel avec l’augmentation de la population, ce qui est faux. Ce calcul ignore les enfants qui ne sont pas des contribuables et ne prend pas en compte les rentrées des personnes morales. Le taux est également variable en fonction des investissements», déclare Christian Vorlet dans La Liberté. Les résultats de la planification financière de l’Assemblée constitutive du Grand Fribourg ont d’ailleurs été confirmés par une étude du Service des communes. «Nous avons employé une autre méthode que celle de BDO, mais je peux confirmer que les résultats obtenus sont identiques», explique Gérald Mutrux.  

 

Une hausse rapide de l’impôt 

finances_2.jpg

Les opposants affirment que de nouvelles dépenses envisagées feront grimper le taux d’impôt entre 80 et 82%. «Dans les 18 millions, les opposants comptent les 5 millions d’investissements, mais ceux-ci figurent dans un compte à part, amorti chaque année et qui est déjà pris en compte dans les 350 millions. Ils calculent quatre millions pour la culture, alors qu’il n’y a que 500 000 francs. Il reste en réalité 9 millions, une somme entièrement intégrée dans notre planification», rectifie Christian Vorlet. 

 

Des économies contestées 

finances_3.jpg

Les opposants contestent les économies d’échelles prévues dans le fonctionnement de la future commune. Ils prévoient des manques à gagner et de nouvelles dépenses élevées. «En fait, nous avons été prudents», rétorque Christian Vorlet. «Une économie de 1% constitue la norme en cas de fusion. Nous y avons ajouté 1% de maîtrise des dépenses dès la deuxième année: rien que la révision des contrats d’assurance apportera une partie de ce pourcentage».

 

La croissance de la population en question 

finances_4.jpg

Les opposants estiment que la croissance de 6000 habitants sur cinq ans est irréaliste. Christian Vorlet rappelle que les chiffres ont été fournis par les communes elles-mêmes, puis corrigés par leurs soins. Les données se basent «sur des projets concrets, comme la construction de nouveaux complexes résidentiels à Matran, à Givisiez, à Fribourg ou à Villars-sur-Glâne».  

 

>> La Liberté, 16.09.2021, «Nos chiffres tiennent la route»